Quelles huiles essentielles en cas de malaise vagal ?

Bonsoir,

quelle huile utiliser pour un adulte qui fait régulièrement des malaise vagal ?

Merci

 

Bonjour,

Il m'est arrivé dernièrement d'avoir un malaise dit vagal. J'ai déjà eu ce genre de malaise dans le passé. Existe-t-il des huiles essentielles concernant ce sujet ?

Merci beaucoup

Yves

 

Bonjour,

Le système vagal ou parasympathique fait partie du système nerveux au même titre que le système entérique et le (ortho)sympathique. Agissant à l’opposé de ce dernier le système « vagal » créer une baisse du rythme cardiaque (bradycardie), augmentation du péristaltisme et des sécrétions gastriques, les relâchements des muscles lisse. Un ensemble de réaction censé « préparer » le corps au repos (contrairement au système sympathique : flight or fight).

Les malaises vagaux sont une rupture, souvent brutale, de l’équilibre entre le système sympathique et le parasympathique : l’étiologie est variée mais peut être la cause d’une émotion trop importante (anxiété, stress) voire douleur.

Outre les recommandations classique à cette pathologie :

- hydratation suffisante

- en cas de survenue s’allonger et lever les jambes (le but étant d’augmenter l’afflux sanguin vers les « organes nobles » que sont le cœur et le cerveau)

 

Pour les huiles essentielles « harmonisatrices » du système nerveux autonome (SNA) :

  • Hect Thym à feuilles de sarriette (thymus satureioïdes).
  • Hect angélique (angelica archangelica) : axé parasympatholytique : calme le sympathique et le parasympathique : reconstituant, rééquilibrant du SNC.
  • (mais surtout) hect ciste ladanifère (cistus ladaniferus L) : neurotonique, régulatrice neurovégétative (ce qui nous intéresse ici), harmonisation du parasympathique (idem). On dit souvent de cette hect qu’elle a une action centrale sur les rythmes : réordonnancement, restructuration intérieure. Aucune contre-indication aux doses physiologiques. Peu usitée per os elle a acquis ses lettres de noblesses par voie cutanée (astringence). En dilution à 5% dans un solvant. En application locale. Pensez, comme toujours en aromathérapie, à une fenêtre thérapeutique.

 

Pour les huiles essentielles « d’urgences ».

Les sympathomimétiques : on utilise le plus souvent les hect à terpènes positivantes pour leurs propriétés cortison-like et les cétones à faibles doses (notion d’inversion des effets : à petites doses : stimulant et sympathico-tonique. A forte dose : inhibition, apaisement, stupéfaction).

(liste non-exhaustive)

  • Les hect de menthes (mentha x piperita et mentha arvensis) : cétone ! Mais aussi magnifique « coup de fouet » quand le malaise apparaît. Diluée à hauteur de 5% max. et à appliquer sur une petite surface. Per os possible.

pour rappel : les cétones sont neurotoxiques à forte dose : les posologies max. sont : adulte : 150mg de cétone/ prise, 4 fois par jour per os. Voie locale : 500mg de cétone 5 à 10 fois par jour.

  • Les hect de pins et autres abies : ( pinus sylvestris et pinaster, pinus mariana…). Voie locale uniquement. (notion de chronobiologie : appliquer diluée ou en perfusion aromatique de préférence le matin et jusqu'à 14h). Risque de néphrotoxicité per os

Cordialement.


Cordialement. Seng-Chhay Heng / www.aromatologie.fr

Votre question a déjà été posée ?