Ah les aphtes, ces maudites plaies qui nous interdisent de piocher dans le sac de noix !On estime que près de huit français sur dix seront confrontés à des aphtes et autres maladies de la bouche au cours de leur vie. Si leur véritable origine est inconnue, il existe de nombreux facteurs déclencheurs auxquels certaines personnes sont particulièrement sensibles.  Les traitements ne permettant que d'atténuer la douleur et d'accélérer la cicatrisation de la lésion, reste la prévention ! Elle consiste simplement en la suppression des facteurs favorisants, lorsque c'est possible. Les personnes au terrain plus propice à l'apparition d'aphtes devront d'autant plus faire attention.

Quels profils sont plus susceptibles d'avoir des aphtes ?

Souvent, la première poussée d'aphtes apparaît durant l'enfance. Les adolescents et jeunes adultes sont également plus à même d’en contracter et les symptômes devraient disparaître définitivement à la trentaine.

Plus touchées que les hommes, les femmes ont des poussées plus fréquemment, notamment lors des périodes de changements hormonaux et les menstruations.

Enfin, les individus dont le système immunitaire est affaibli (à cause d'une infection au VIH ou suivant certains traitements contre le cancer) sont plus sujettes aux aphtes ou aux ulcères pouvant être confondus avec des aphtes.
Notamment en cas de chimiothérapie, les lésions buccales font parties des effets secondaires les plus courants lors du traitement car il attaque les cellules à division rapide (les cellules du système immunitaire). Si le patient a une déficience en cellules des muqueuses (protectrices de la bouche) et en cellules immunitaires, tous les éléments sont donc réunis pour un milieu propice à l'apparition d'aphtes.

D'autres comportement apportent des facteurs déclencheurs :
Les personnes prenant certains traitements médicamenteux, notamment certains anti-inflammatoires (l'ibuprofène et sa compagnie), des antihypertenseurs et certains tranquillisants.
Sans oublier... les personnes prenant des substituts nicotiniques ! Logique lorsqu'on sait que l'apparition d'aphtes est l'une des réactions possibles du sevrage tabagique pour les personnes qui arrêtent de fumer (félicitations!).

Cet article vous a-t-il été utile ?

  

Note moyenne: 0 ( 0 votes )

Autres articles liés

Bibliographie

Ouvrage : de la Charie, T. (2019). Se soigner par les huiles essentielles. Pourquoi et comment ça marche ? Editions du Rocher.

Qui rédige ces conseils ?

Cet article a été rédigé et mis à jour par . Notre équipe pluridisciplinaire (pharmaciens, ingénieurs, biochimistes, agronomes) est composée de 6 personnes, travaillant à temps plein pour améliorer l'expertise de nos contenus et la qualité de nos produits. Si vous avez une question à nous poser, rendez-vous sur le forum, nous vous répondrons chaque jour de la semaine. Vous pouvez aussi nous contacter par mail.